CEREMONIE ANNUELLE DES CAURIS D’OR Et l’Excellence se mue en Sursaut national

REWMI.COM-

 

Au commencement, ce fut un humanisme solidaire, le pari d’un esprit passionné et le challenge d’un MEDS ambitieux. Seulement voilà : ce pari, engageant la dignité humaine par le respect de la parole, devint un enjeu d’honneur car à l’annonce de la 1ère édition, il y a plus d’une décennie, des Cassandres de chaumières juraient d’un échec. Des imposteurs au seuil de salons privés fomentaient des coups bas. Des patrons homologues firent mauvaise mine, souhaitant solidairement un fiasco. Mais ces volets attisèrent le MEDS, l’ancrèrent davantage dans l’arène de l’innovation, le rendirent confiant comme un trionyx, et patient telle une tortue empressée qui nargue des coups d’épines. ! Vivement les Cauris d’Or, advienne que pourra, fut le viatique intime de Mbagnick Diop.

Il fallait faire de ces Cauris d’Or une réalité. Il fallait les retenir dans l’esprit public, les maintenir dans le calendrier, les tenir dans l’enthousiasme et les entretenir dans le suivi, qu’il pleuviote, qu’il pleuvote !  L’impossible est possible. Le libellé porte déjà bénédiction en bois sacré ! Pétaw ! Coquillages de civilisation, monnaies d’échange d’Afrique, des caraïbes et du Pacifique, outil de géomancie, moyens de divination, symboles de fortune, apparat de décoration ! Et en ce 21ème les voilà revenus autrement dans la conscience sous-régionale en symbole d’Excellence, de Performance, de Créativité, d’Originalité et de Triomphe ! Le défi est relevé. Les Cassandres se terrent à jamais. Les gentils ennemis se taisent, tous confus. Le Sénégal applaudit. Le MEDS se glorifie. L’Initiateur jubile.  L’Afrique acclame !

Ce que Mbagnick Initiateur ignore

Le Président du MEDS ignore peut-être que la toile a porté très loin, trop loin même les Cauris d’Or. La révolution de l’Information est passée par là. Entrepreneurs, Industriels, Hommes et Femmes d’Etat du Sénégal et d’ailleurs, épient le contenu et le contenant. Un ancien ministre béninois dont l’épouse est du Sud du Sénégal, ne cache pas sa fierté des Cauris d’Or qui se font entendre partout. Un ancien membre du Conseil Economique et Social de Côte d’Ivoire du temps de Feu Philippe Yacé, trouve l’innovation bien africaine. Sur la toile, dans beaucoup de pays, étudiants, acteurs publics, managers, entre autres, se relaient et donnent à ces Cauris d’Or l’obligation de couvrir toute l’Afrique, son libellé étant une identité continentale. Inculte ou désinvolte, un internaute de l’Université Nsukka de Nigéria se demande même si l’Union Africaine ou la CEDEAO seraient partenaires des Cauris d’Or. Et c’est la victoire du génie sénégalais. Les cauris africains, hier blancs d’affluent, sont aujourd’hui symboles ambrés de prouesse sous le soleil de l’esprit humain qui brille et annihile les ténèbres. « Le monde bouge. Le monde change », est l’explication du Président-Initiateur pour qui « toute génération a besoin d’estrades sublimes du haut desquelles parle le génie humain ». D’ailleurs, l’identification et le couronnement d’auteurs de performance ce samedi 1er Avril 2017, sur des « estrades sublimes », le confortent. Par cette consécration, est ainsi semé en chaque détenteur de responsabilité publique ou privée, d’ici et d’ailleurs, un germe de l’Excellence à faire fleurir pour inscrire son Service, Entreprise ou Institution sur la liste des nominés de la future édition. Déjà, dans les cités des anciens empires du Mali, du Ghana et du Songhaï où le cauri est cultuel et où la compétitivité est dans la culture de chacun et de tous, ces Cauris d’Or ont un halo continental. C’est l’universalité du génie humain.

Le génie humain est universel

Le génie humain n’a ni genre, ni âge, ni nationalité. Les nominés des Cauris d’Or sont Sénégalais, Malins, Français, Ivoiriens, Béninois, Marocains, Zambiens et autres. Des personnalités jeunes, féminines, des Institutions nationales et internationales dont la majorité est extirpée de l’ombre pour être exposée sous les feux de la rampe, ont reçu le diadème de l’Excellence ! Comme dans un concours d’élite délicat, le Jury des Cauris d’Or s’est montré trop exigeant. Il lui est reproché d’avoir été trop secret et d’avoir été trop strict, trop regardant et trop pointilleux comme un Tribunal de Performance. Mais cette rigueur, saluée à l’applaudimètre, est le véritable pivot de rigueur, nouveau paradigme des exigences de toute émergence individuelle, collective, entrepreneuriale, communautaire ou nationale. Le pivot de rigueur !  La rigueur est d’ailleurs un monème de production sans laquelle aucune semence n’émerge. Mais quand elle s’arrose de minéral et s’arroge de vertu, elle se lance, s’élance et devient un félin qui sursaute, atterrissant là où on ne l’attend pas, déroutant les calculs et surmontant pivert et pic-vert jusqu’au large d’une marée tapissée de cauris, de beaucoup de cauris. C’est ainsi que l’Excellence se mue en Sursaut national ! Mais au MEDS qui saute et sursaute, on ne décerne aucun Cauris d’Or. On lui demande simplement : comment as-tu fait pour relever ce pari ?

Laisser un commentaire